• Accueil
  • Artistes
  • Association
  • Blog
  • Contact
  • Lieux et tarifs
  • Newsletter
  • Presse
  • Programme
  • Publication
  • Radio
  • Scientifiques
  • Sponsors & Liens
  • Programme
  • Ouverture

    Vernissage
    Caves du Palais, Neuchâtel
    3 septembre 2009
    17h

    Les Caves du Palais de Neuchâtel sont le quartier général d’Eternal Tour. Vaste espace désaffecté, les Caves remplissent une quadruple fonction pendant ces dix jours.

    Lieu ouvert au public, elles sont le point de ralliement des artistes et des festivaliers qui favorise l’échange et le divertissement.

    Lieu d’exposition modulable, elles abritent différentes installations du festival dont celles de Kader Attia, Claire Fontaine, François Jaques, Beat Lippert et Paola Salerno. 

    Lieu de fête et de concert, elles accueillent plusieurs soirées ainsi qu’un concert de clavecin le 9 septembre. 

    Lieu de travail, elles sont aussi le bureau du festival et le lieu d’information. 


    Un néon slogan

    Installation de Sylvie Fleury
    Caves du Palais
    3-13 septembre 2009

    L’œuvre de Sylvie Fleury est nourrie, traversée et parcourue de fantasmes liés à la capacité de se déplacer sur les routes (She devils on Wheels, 1997) mais aussi dans l’espace. Ce désir de mouvement se développe en parallèle à un jeu impliquant l’histoire, les codes et le machisme de l’art contemporain mais aussi les mécanismes et le langage de la mode. Dans la logique de ses slogans tirés de publicités, sortes de pensées ready made – BE GOOD, BE BAD, JUST BE ou YES TO ALL - l’artiste propose à Eternal Tour un néon slogan inédit.

    Human Ra

    Installation de François Jaques
    Caves du Palais, Neuchâtel
    3 - 13 septembre 2009 

    Installation composée de sept projecteurs récupérés dans une usine - jadis similaires, chacun ayant acquis avec le temps une identité visuelle spécifique – Human Ra s’interroge sur l’expression consacrée pour évoquer le XVIIIe siècle : les Lumières. Siècle de culture, de sciences et d’art, siècle de réflexion sur l’éducation et la liberté, l’historiographie historique et artistique en a fait un moment décisif pour la constitution de l’époque moderne. Pourtant, le XVIIIe siècle fut aussi monarchique et esclavagiste. Les Lumières ne sont-elles finalement que le produit d’un éclairage rétrospectif ? 

    Big Bang

    Installation de Kader Attia
    Caves du Palais, Neuchâtel 
    3 - 13 septembre 2009 

    Traditionnellement, le Big Bang est le nom donné à l’explosion qui aurait inauguré l’extension de l’univers. Séduisante onomatopée, à la limite du vocabulaire de bande dessinée, le grand “bang” évoque plus largement la rencontre, la confrontation dynamique, peut-être violente, mais surtout créative, de différentes énergies en mouvement. Ce titre choisi par Kader Attia n’est donc pas anodin. Unissant des étoiles de David aux croissants de l’Islam, il propose une rencontre symbolique entre deux communautés aux liens parfois conflictuels, mais anciens et profonds: les communautés juives et musulmanes. 

    big-bang12

     


    Cacao versus pavot : Morgue chocolates

    Installation de Stephen J. Shanabrook
    Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel
    3 - 13 septembre 2009

    À l’occasion de l’exposition consacrée à la chocolaterie neuchâteloise, Eternal Tour et l’exposition Le monde selon Suchard proposent de réfléchir à la mondialisation de l’alimentation. Stephen J. Shanabrook est l’invité du festival. Cet artiste américain, qui vit et travaille entre New York et Moscou, est connu pour ses moulages sur cadavres estropiés de la morgue. Très inspiré par le chocolat et par les spécificités du matériau, il insère dans l’exposition une pièce qui invite à réfléchir sur les phénomènes de dépendance et les recettes cachées de l’économie suisse.

    Le mardi 8, Donatella Bernardi propose une visite guidée de 11h15 à 12h.

    shanabrook

    Le goût de la périphérie

    Installation de Paola Salerno
    Caves du Palais, Neuchâtel 
    3 - 13 septembre 2009

    Artiste italienne, Paola Salerno regarde le monde à travers l’objectif de sa caméra. Son environnement a beaucoup évolué en fonction de ses déplacements: elle vit en Calabre jusqu’à ses 19 ans, puis à Rome et aux Etats Unis. Aujourd’hui, elle réside à Saint-Denis, en banlieue parisienne. Dans son travail, elle privilégie une approche documentaire pour éclairer les zones d’ombres de la périphérie, reflets de l’écart qui se creuse entre le monde présent et les solutions de la politique moderne.

     

    salerno2

    Autoportrait

    Performance de Marco Berrettini
    Val-de-Travers
    3 – 4 septembre 2009
    20h30-23h

    Tout commence par le rêve d’un petit garçon: la Ferrari Rouge, fameuse voiture associée au pilote allemand Michael Schumacher, résident à Nyon. Marco Berrettini, fils d’immigrés italiens en Allemagne, aborde son autoportrait par le biais de ce rêve d’enfant.  L’artiste propose au public du festival de se déplacer en voiture en suivant ses indications par le biais de la radio E.T.fm. Des arrêts sont prévus pour accomplir des actions précises. Finalement, la performance se termine dans un endroit choisi avec une projection vidéo.

    ferrari1

    WonderBar

    Installation de Sibylle Stoeckli
    Ou la décomposition de la Wunder Stanza… 
    Caves du Palais, Neuchâtel
    3 – 13 septembre 2009

    Après Genève en 2007 et Soleure en 2008, la Wunder Stanza est proposée au public d’Eternal Tour aux Caves du Palais de Neuchâtel. Pour l’occasion, Sibylle Stœckli a repensé son architecture et son nom: le WonderBar. Une composition monumentale au caractère festif qui s’enrichit de matériaux habituellement présents dans une cave: cageots, bouteilles, fûts en plastiques ou une carte des boissons surdimensionnée en sagex de 3 × 3 mètres. Rappelons que dans ce WonderBar, tous les produits proposés au public sont régionaux.

    wunder-stanza1

    L’épine du Spinario et le garçon qui cherche à sortir du musée

    Installation de Beat Lippert
    Musée d’art et d’histoire, Neuchâtel
    3 – 13 septembre 2009

    Comment libérer un objet de sa charge historique? Beat Lippert répond à la question en reproduisant le Spinario: statue de bronze conservée aux Musées du Capitole à Rome représentant un garçon qui retire une épine de son pied. Dans son interprétation de l’œuvre, l’artiste modifie la posture du jeune homme: redresse sa tête, détend son bras le long de sa jambe. L’épine retirée, son corps est libéré, le jeune homme lève les yeux vers l’horizon. Il peut à nouveau regarder le monde.

    Le mercredi 9, visite guidée par Grégoire Extermann, historien de l’art, rendez-vous au MAHN à 16h.

    spinario1

    Ride

    Vidéo de Beat Lippert
    Caves du Palais, Neuchâtel
    3 – 13 septembre 2009

    En escaladant la façade d’un bâtiment historique comme le Musée d’art et histoire de Neuchâtel, Beat Lippert répond à la question: où se situe l’artiste face au poids symbolique de ce type de monuments? Ornée de corniches, de chapiteaux, de colonnes et de frises, la façade de ce musée offre de nombreuses prises à l’artiste. Présentée aux visiteurs sous forme de vidéo, cette action physique met en scène un Faiseur d’Histoire. Avec la participation d’Antoine Le Ménestrel.

    lipperthist

    Palestine Occupied

    Installation de Claire Fontaine
    Caves du Palais, Neuchâtel
    3 – 13 septembre 2009

    35′000 allumettes plantées dans un mur forment une inscription en hébreu: Palestine Occupied. Ce travail initialement conçu par Claire Fontaine pour une galerie de Tel-Aviv a été présenté en novembre 2008, avant l’explosion du conflit israélo-palestinien. Avant d’être exposées aux visiteurs, les lettres sont brûlées. Hautement emblématique, cette installation annonce également la prochaine édition du festival Eternal Tour, prévue en 2010 à Jérusalem.

    121608_claire2

    Le grand voyage

    Installation
    de Pierre-Philippe Freymond
    Musée d’histoire naturelle, Neuchâtel
    29 mars 2009 – 28 février 2010

    Le Musée d’histoire naturelle de Neuchâtel et le Festival Eternal Tour ont demandé à l’artiste et scientifique Pierre-Philippe Freymond de réaliser une installation sur la théorie de l’évolution des espèces de Darwin dans le cadre de l’exposition Parce queue. Le résultat: un Grand Voyage du monde de l’art à celui des sciences. Il y est question de déplacements: les curieux entrent dans l’installation, ils enjambent et observent un bassin contenant des murènes, poissons au corps de serpent sans écailles.

    parce-queue2

    Septembre 2009


    3 4 5 6
    7 8 9 10 11 12 13



  • Art contemporain
  • Concerts
  • Performances
  • Symposium et Conférences
  • Evénements
  • Radio